Quand vous entendez blog, vous pensez immédiatement aux photos de votre adolescence rebelle, lâchement abandonnées sur un Skyblog toujours en service (si vous n’êtes pas sûr, vous devriez peut-être vérifier) ? Vous êtes convaincu que ce type de support n’est plus adapté à l’entrepreneur que vous êtes devenu ? Arrêtez tout : il est temps de dépasser vos préjugés sur le blog pour en faire un outil marketing au service de votre entreprise.

Vous recherchez un plan d’action pour créer votre blog professionnel, ou vous vous demandez encore comment un blog peut être utile à votre entreprise ? Consultez ce guide définitif de la création de blog pour indépendants, entreprises et e-commerçants.

Sommaire de l’article

  1. Qu’est-ce qu’un blog professionnel ?
  2. Pourquoi créer un blog d’entreprise ?
  3. Créer un blog professionnel : le guide en 7 étapes
  4. La conception stratégique
  5. La conception éditoriale
  6. La conception fonctionnelle
  7. La conception graphique
  8. Le calendrier éditorial
  9. La rédaction, la publication et la promotion des articles
  10. Le suivi des performances
  11. Bonnes pratiques du blogging professionnel
  12. L’article au format PDF

Qu’est-ce qu’un blog professionnel ?

Un blog professionnel est un type de site web consacré à l’activité de votre entreprise —ou à votre activité professionnelle si vous l’exercez de façon indépendante.

Dynamique par définition, contrairement au site web qui a tendance à rester statique, un blog peut compléter le site de votre entreprise ou votre site e-commerce.

Le blog professionnel se distingue du blog monétisé : ce dernier permet généralement à son créateur de vendre des produits numériques (e-books, produits affiliés) ou des services (coaching, formation) directement sur le blog. L’un des objectifs du blogging professionnel consiste aussi à faire croitre le chiffre d’affaires de votre entreprise, mais la façon d’y parvenir est radicalement différente.

En publiant des articles de qualité sur votre blog d’entreprise, et en répondant précisément aux problèmes rencontrés par votre coeur de cible, vous créerez un lien de confiance avec votre audience digitale.

Que les choses soient claires : le web marketing ne vous permettra pas de vendre n’importe quoi, précisément parce que les consommateurs d’aujourd’hui ne veulent plus consommer n’importe quoi. En mettant une stratégie de blogging professionnel en place, vous devrez le faire avec sincérité, en cherchant à fournir une véritable valeur ajoutée à vos lecteurs (qu’il s’agisse d’un guide pratique, d’un avis sur un outil ou une technique qui peut les intéresser ou d’un code promo pour recevoir des cookies gratuits, peu importe).

Et si vous ne faites pas l’impasse sur la conception stratégique de votre blog, vous devriez pouvoir transformer ce lien de confiance en ventes, puis en fidélité à votre entreprise, ses produits ou ses services.

Mais d’abord, arrêtons-nous quelques secondes sur les avantages du blogging pour les entreprises et les professionnels.

Pourquoi créer un blog d’entreprise ?

Vous pouvez atteindre de nombreux objectifs professionnels en créant un blog d’entreprise. Avant d’en consulter la liste, lisez attentivement ce qui va suivre : ne cherchez surtout pas à être sur tous les fronts à la fois. À vouloir mener toutes les batailles, vous n’en remporterez aucune. C’est très probable si votre entreprise compte quelques salariés ; c’est absolument certain si vous administrez seul votre blog.

Et ne vous leurrez pas : le blogging professionnel exige de l’implication, du travail et de la rigueur pour porter ses fruits. Ceux qui vous disent le contraire sont soit des menteurs, soit de mauvais blogueurs —quand ce n’est pas les deux à la fois.

Sélectionnez un ou deux objectifs parmi la liste qui suit, ceux qui vous paraissent primordiaux pour votre entreprise. Puis appliquez-vous à les atteindre.

Un blog professionnel peut vous permettre de :

  • rentrer en contact avec vos prospects (ou leads) et de les qualifier, en récoltant leurs adresses électroniques, pour augmenter le volume des ventes de votre entreprise ;
  • promouvoir votre activité, vos produits ou vos services —mais subtilement, et ponctuellement, au moment du lancement d’une nouvelle offre par exemple ;
  • améliorer le trafic vers votre site web, à condition de créer des « ponts » (sous forme de liens hypertextes, de calls to action et de promotions savamment orchestrées) ;
  • améliorer, dans une sorte de cercle vertueux avec le trafic, votre référencement naturel, puisque des publications régulières sur votre blog attireront les bots des moteurs de recherche tout en érigeant un véritable cocon sémantique (ou, pour faire simple, un essaim de mots et d’expressions clés) autour de votre activité professionnelle ;
  • affirmer votre légitimité, sinon votre expertise, professionnelle —à condition de vous démarquer par la valeur ajoutée de vos publications ;
  • développer l’image de marque de votre entreprise ;
  • de vous faire plaisir.

Je me permets d’insister sur ce dernier point.

Si vous vous êtes forcé à pondre 257 mots sur une thématique qui ne réveille absolument aucun intérêt chez vous, épargnez vos lecteurs. Ce que vous avez à dire sur le sujet ne les passionnera pas plus que vous.

En revanche, si vous avez envie de partager vos connaissances sur une thématique que vous trouvez passionnante, en plus d’être votre coeur de métier ; si vous êtes prêt à passer plusieurs heures, plusieurs jours à vous documenter pour préparer la rédaction d’un seul article, pour proposer la meilleure publication possible à vos lecteurs, vous pouvez passer à l’étape suivante. Il est temps de créer votre blog professionnel.

Créer un blog professionnel : le guide en 7 étapes

Étape 1 : la conception stratégique de votre blog

Vous n’allez pas créer un blog d’entreprise (seulement) pour le plaisir de le faire. Il s’agit avant tout d’un outil marketing qui doit vous permettre d’atteindre un ou plusieurs objectifs professionnels, de la façon la plus rentable possible.

Vous étiez convaincu que bloguer, même pour votre entreprise, était fun et vous offrirait des semi-pauses au bureau ? Vous avez tout faux. Et plus tôt vous le réaliserez, plus vite votre blog portera ses fruits. Mais la bonne nouvelle, c’est que 99% des blogueurs professionnels pensent que le blogging doit rester facile et, si possible, leur permettre de travailler 4 heures par semaine et de rester les pieds dans l’eau le reste du temps. Ceux-là n’y arriveront pas —ou pas longtemps, ou pas vraiment. En revanche, si vous faites partie des 1% restants, qui savent qu’un blog rentable demande une bonne dose de travail, tant sur le plan de la rédaction que sur celui de la conception, alors votre site sortira du lot —rapidement, et durablement.

En gros, vous avez le choix entre ces 4 objectifs très généraux (en dehors du plaisir, véritable condition sine qua none) :

  • améliorer vos ventes, digitales ou dans vos points de vente physiques ;
  • promouvoir votre entreprise et gagner en visibilité, voire en notoriété ;
  • affirmer votre expertise professionnelle ;
  • développer l’identité de votre marque ou de votre entreprise.

Mais pour que l’objectif choisi soit opérationnel, vous devez vous munir d’un second outil essentiel en marketing : les buyer persona.

Les persona sont des clients ou des prospects fictifs, qui représentent le plus précisément possible les internautes que vous souhaitez atteindre avec votre blog. Si vous utilisez déjà des persona pour concevoir vos produits et/ou services, servez-vous en aussi pour votre blog d’entreprise —cohérence garantie. Sinon, vous pouvez utiliser l’outil de création de persona d’HubSpot ou consulter ce guide complet (modèles de persona compris), également publié par HubSpot.

Une fois que vous avez défini votre coeur de cible et déterminé les buts à atteindre avec votre blog, vous allez devoir les combiner pour affiner vos objectifs et en faire des outils opérationnels. C’est très simple, il suffit de compléter cette phrase avec vos propres persona et objectifs : je souhaite (objectif 1, 2, 3) auprès de (persona 1, 2, 3), qu’est-ce qui me permettra de savoir que j’ai réussi ?

La réponse à cette question vous offrira de précieux indicateurs de performance, et dépend bien évidemment de votre domaine professionnel.

Prenons un exemple simple et une entreprise fictive : ZenMarket est une société qui édite un logiciel pour aider les petites et moyennes entreprises à gérer leur marketing digital.

Si le principal objectif du blog de ZenMarket est d’améliorer les ventes de l’entreprise auprès des directeurs et responsables marketing francophones, le nombre d’adresses électroniques collectées en France, Suisse, Belgique, au Canada et en Afrique francophone peut constituer un indicateur pertinent : il mesure le nombre de clients potentiels à recontacter. En revanche, si le principal objectif du blog est d’améliorer la visibilité de l’entreprise, le directeur de ZenMarket devra s’intéresser au nombre de démos gratuites réalisées par les internautes, ou au nombre de partages sur les réseaux sociaux..

De ces indicateurs doivent découler les actions à mettre en place sur votre blog. Dans le cas de ZenMarket, la publication d’un livre blanc parait tout à fait indiquée pour capter les adresses e-mail des prospects, tandis qu’un article façon « guide pratique » ou « mode d’emploi » facilitera certainement la prise en main de la démo en ligne par les internautes.

Enfin, cette étape stratégique doit se conclure sur une première estimation budgétaire. À partir des actions retenues pour atteindre les objectifs du blog, vous allez devoir calculer leur coût approximatif. Pourquoi approximatif ? Parce que votre projet n’est pas encore assez précis pour que vous puissiez savoir exactement combien il va vous coûter. Vous seriez surpris du nombre de petites fonctionnalités payantes, et pourtant essentielles, dans lesquelles vous allez devoir investir pour faire tourner votre blog correctement. Autant avoir une idée, même globale, dès le départ.

Vous pouvez d’ores et déjà calculer le coût :

  • d’un thème premium (ou des services d’un développeur si vous voulez un thème haut de gamme et entièrement personnalisé) ;
  • de la création d’un logo par un graphiste, si ce n’est pas déjà fait ;
  • d’un bon logiciel de création et d’envoi de newsletters, indispensable pour promouvoir vos articles de blog (même si, au départ, une version gratuite de MailJet ou de MailChimp peut suffire en attendant que votre liste d’abonnés grandisse) ;
  • de l’hébergement de votre blog, que vous le conceviez vous-même, avec un développeur ou que vous optiez pour une solution clés en main façon wordpress.com.

Étape 2 : la conception éditoriale

La première étape vous a permis de définir les grandes lignes de votre blog professionnel. Désormais, nous allons nous intéresser à ce que vous allez publier sur ce site. Parce qu’un blog sans bon contenu se révèlera aussi utile que le coiffeur de Donald Trump.

Vous devez d’abord faire le point sur sa thématique générale. Même si cela vous parait tout à fait clair au premier abord, les prochaines étapes de la conception de votre blog feront apparaitre toute incohérence, tout hors-piste thématique. Votre thématique vous parait floue ? Essayez de la résumer en trois mots ou expressions clés. S’il vous en faut une petite dizaine, c’est que votre thématique est encore trop large : « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément », Nicolas Boileau le dit beaucoup mieux que moi.

Une fois votre thématique clairement définie, vous allez vous pencher sur le format des contenus à produire en priorité —qu’il s’agisse de textes, de vidéos, d’infographies… Pour vous guider dans cette étape, utilisez vos persona comme une boussole : leurs profils, leurs goûts et leurs envies, leurs besoins doivent vous indiquer la voie.

Par exemple, sur ce blog consacré aux stratégies de marketing digital, il m’a paru cohérent de publier en priorité des guides pratiques et des études de cas. Les persona du blog Le lab marketing sont à la recherche de plans d’action pour leur site e-commerce, leur blog professionnel ou leur association. Il m’a donc semblé que des contenus type « liste » ou « 5 astuces pour… » étaient moins adaptés qu’un guide complet ou une étude de cas bien illustrée. Attention : cela ne veut pas dire que je ne rédigerai jamais de liste, ou que les articles « 5 conseils pour… » me sont interdits jusqu’à la fin des temps. Non : cela signifie que la base de ma stratégie de contenu repose sur des guides pratiques et des études de cas, qui constitueront 80% du contenu de ce blog. Et les 20% restants ?

Vous allez les utiliser pour offrir des contenus originaux, qui sortent un peu du lot, à vos lecteurs. Ces articles-là pourront être un peu moins informatifs que ceux qui constituent votre base éditoriale, à condition d’être un peu plus drôles, un peu plus incisifs, ou carrément décalés. Je ne prône pas le hors-sujet total, mais bien l’article divertissant, un peu plus léger, qui permettra à l’internaute de passer un bon moment sur votre blog professionnel.

Désormais, vous devez donc disposer d’une base éditoriale (un, deux ou trois formats informatifs « traditionnels », par exemple : actualités, check-lists, cas pratiques…). Vous avez également sous la main une liste de formats plus divertissants, que vous pourrez compléter au fur et à mesure : cette liste ne doit pas rester figée dans le temps.

Vous allez maintenant préciser votre ligne éditoriale, en définissant :

  • la longueur attendue pour chaque format (en nombre de mots) ;
  • le ton, la voix utilisée pour rédiger les articles et leur fréquence de publication ;
  • un guide de styles, garant de la cohérence éditoriale, dans lequel vous consignerez tous les termes dont l’orthographe peut vous faire douter à l’avenir —surtout si vous écrivez à plusieurs mains sur votre blog.

N’hésitez pas à vous inspirer de ces 50 exemples de chartes éditoriales pour rédiger la vôtre.

Étape 3 : la conception fonctionnelle de votre blog d’entreprise

Vous avez vu ? Le squelette de votre blog commence à prendre forme, mais ce n’est qu’un début. Vous allez maintenant le doter d’une solide colonne vertébrale, en définissant ses rubriques et ses catégories.

Attention : ne confondez pas les rubriques du blog (sur Le lab : À propos, Contact…) et ses catégories (ici, E-commerce, Association, Blog d’entreprise, Fondamentaux).

Certaines rubriques sont indispensables (comme Accueil ou Contact), quel que soit le nom que vous leur donniez —Michel et Augustin, ont par exemple choisi de renommer leur page d’accueil Bonjour !, mais il s’agit tout de même d’une page d’accueil. D’autres sont facultatives, et dépendront essentiellement des objectifs que vous avez assignés à votre site.

Le choix des catégories, en revanche, n’est pas une mince affaire. Je vous conseille de vous accorder le droit à l’erreur, car vous allez souvent raturer (ou supprimer) ce que vous avez écrit. Ces catégories devraient vous permettre de « ranger » chacun des articles que vous allez publier. Comme souvent, vos meilleurs alliés seront alors vos persona : essayez d’imaginer les catégories qui leur permettront de naviguer le plus facilement possible sur votre site.

Cette approche centrée utilisateur devrait d’ailleurs vous orienter tout au long de la conception de votre blog. Mais passons à l’étape suivante !

Étape 4 : la conception graphique

Vous l’aurez compris en vous baladant sur Le lab, le graphisme et le web design sont loin d’être mes spécialités. Je vais donc faire court et très pragmatique sur la question.

Le graphisme de votre blog peut être simple, à condition qu’il soit cohérent avec votre activité professionnelle. Certains secteurs exigeront un design particulièrement soigné : pour vous faire une idée, je vous conseille d’aller faire un tour chez la concurrence.

En gros, vous aurez besoin des éléments graphiques suivants :

  • un thème, c’est-à-dire l’apparence générale de votre blog ;
  • un logo (facultatif) ;
  • une charte graphique, qui rassemblera toutes les règles graphiques retenues pour la conception du blog (police de caractère pour les titres et le corps des textes, choix des couleurs…).

De nombreuses options s’offrent à vous au moment d’attaquer la conception graphique de votre blog : faire appel à un indépendant, une agence, réaliser vous-même vos éléments graphiques… De nombreux outils en ligne, gratuits ou payants, pourront vous aider à réaliser cette étape.

Prêt à concevoir votre calendrier éditorial ?

Étape 5 : le calendrier éditorial

Laissez-moi vous présenter votre nouveau meilleur ami : le calendrier éditorial. Ce document est à la fois un aide-mémoire, un support de travail et un tableau de bord pour votre activité de blogging. Un véritable fil rouge dont vous pourrez vous écarter parfois, mais qui vous fournira un plan préconçu pour mieux vous organiser.

Créez un nouveau document dans votre tableur préféré et intégrez les colonnes suivantes :

  • date de publication ;
  • sujet ;
  • format ;
  • persona ;
  • titre provisoire ;
  • titre définitif ;
  • mise à jour ;
  • mots et expressions clés ;
  • catégorie.

À vous de jouer ! Commencez par dater chaque ligne en respectant la fréquence de publication prévue au moment de la conception éditoriale.

Puis passez directement à la colonne persona, et veillez à ce que chacun de vos persona apparaisse (à peu près) le même nombre de fois dans votre tableau. Vous ne voudriez pas faire de jaloux.

Vous pouvez maintenant revenir à la colonne sujet, en indiquant le thème que vous souhaitez aborder en fonction de chaque persona. Restez très général, ne commencez pas à imaginer un titre : vous allez d’abord devoir valider ce sujet avant de pouvoir l’affiner.

Pourquoi valider un sujet d’article de blog ?

Parce que vous voulez que vos articles soient lus. Et parce que vous ne pouvez pas deviner si votre sujet intéresse votre audience dans une boule de cristal —oui, c’est bien dommage.

En revanche, une méthodologie simple en deux étapes peut vous aider à valider vos sujets.

  1. Commencez par rechercher votre sujet (en un ou deux mots clés) sur Google : génère-t-il des suggestions de recherche et/ou des requêtes associées ? Si ce n’est pas le cas, c’est mauvais signe…
  2. Si votre sujet a passé la première étape avec succès, rendez-vous ensuite sur votre interface Google Adwords (c’est gratuit tant que vous ne lancez pas de campagne, il suffit d’avoir une adresse Gmail pour s’inscrire). Parmi les outils que propose Google, sélectionnez l’outil de planification des mots clés, puis « obtenir des tendances et des données sur le volume de recherche ». Renseignez le champ vide avec votre sujet, et vérifiez son volume de recherche mensuel. N’hésitez pas à tester plusieurs combinaisons de mots clés : un volume de recherche nul ne veut pas forcément dire que votre sujet n’intéresse personne. Peut-être que votre audience utilise d’autres mots clés : à vous de les trouver !

Une fois votre sujet validé, vous allez pouvoir commencer à remplir la colonne mots et expressions clés sans changer d’outil. Les suggestions et requêtes associées fournies par Google sont d’excellents indicateurs sur les termes qu’utilise votre audience digitale. Et dans l’outil de planification des mots clés, vous trouverez un générateur de mots clés.

À ce stade, vous allez pouvoir commencer à noter les titres provisoires qui vous viennent à l’esprit. Pensez toujours à vos persona, mais aussi aux requêtes associées de Google : elles vous indiquent globalement les problématiques rencontrées par les internautes. Si certains de vos articles doivent être actualisés au bout d’un certain temps, notez-le dans la colonne correspondante en précisant la date de la mise à jour à effectuer.

Et maintenant, c’est l’épreuve du feu pour les catégories de votre blog : vous allez devoir « ranger », classer tous vos sujets. Notez, dans la colonne dédiée, la catégorie de chaque article. S’il vous reste, à la fin, des articles sans catégorie ou des catégories sans article, vous allez devoir repenser l’organisation de votre blog.

Une méthode simple consiste à créer une catégorie par persona. C’est ce que j’ai fait pour Le lab, et c’est ma conception d’une approche centrée utilisateur. Ce n’est pas la seule, ni même la meilleure façon de faire : c’est une piste que je vous propose.

Complétez ensuite la colonne format en vous reportant à votre charte éditoriale. Vos titres doivent faire l’objet d’un véritable travail d’orfèvre, que je n’ai pas la place de décrire ici. En revanche, André Dubois l’a fait : consultez sa méthode des titres Transformers.

Votre calendrier éditorial est prêt ? Vous allez maintenant pouvoir créer votre blog, avec :

Étape 6 : la rédaction, la publication et la promotion des articles

Permettez-moi de passer rapidement sur la rédaction et la publication des contenus, qui nécessiteraient un article aussi long que celui-ci pour être correctement traitées. Je me contenterai de vous conseiller de viser le plus haut niveau de qualité possible, que vous fassiez appel à un rédacteur indépendant ou que vous rédigiez vous-même vos billets de blog.

La promotion de votre blog doit quant à elle faire l’objet d’un véritable plan stratégique : elle est aussi importante que la conception du site. Sans bonne stratégie de promotion, vos articles ne seront jamais lus, qu’ils soient très bons ou très mauvais.

Voici quelques pistes pour organiser la promotion de votre blog professionnel :

  • Le guest blogging : publier chez les autres peut devenir un véritable levier de trafic, à condition de ne pas sacrifier la qualité des articles parce que de toute façon, « ce ne sera pas sur mon blog ».
  • Les newsletters : ces lettres électroniques vous permettront de promouvoir vos articles tout en vous construisant un cercle de « fidèles lecteurs », qui sont autant de prospects à recontacter. Mais attention : la newsletter n’est pas un catalogue, ni une brochure commerciale. Voilà, c’est tout. Si vous optez pour cette solution de promotion (parmi d’autres), pensez à déclarer votre collecte d’adresses e-mail à la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) si vous le faites à des fins commerciales (oui, même vendre une formation ou un coaching, c’est une fin commerciale).
  • Les réseaux sociaux : je ne vais pas vous faire un dessin ; à moins que vous n’ayez décidé de vous retirer de la vie moderne avant de vous lancer dans le blogging professionnel, vous savez à peu près ce que vous pouvez faire avec les réseaux sociaux. Je vous l’expliquerai plus en détail dans un article qui ne fera pas déjà 3 250 mots.
  • Votre « entourage » professionnel : si vous vous êtes découvert des affinités avec d’autres blogueurs, si ces derniers vous ont déjà sollicité pour promouvoir l’un de leurs articles, n’hésitez pas à leur demander (poliment) un retour d’ascenseur.
  • Les annuaires et autres agrégateurs de contenus : ces outils sont vraiment des hacks, de petites astuces utiles pour obtenir un bon backlink (à condition de choisir un bon annuaire…) et un peu de trafic supplémentaire. Mais, par pitié, n’en faites pas votre axe principal de promotion —ni même de référencement naturel. Cela ne fonctionnera pas, et vous perdrez un temps précieux.
  • Le référencement naturel : dans un premier temps, contentez-vous de renseigner les attributs alt de vos images et de bien cibler les mots clés utilisés par votre cible. Ce sera largement suffisant au départ. Quand vous disposerez d’une solide base de contenus, vous pourrez alors développer une solide stratégie SEO.

Encore une fois, la promotion de votre blog professionnel doit faire l’objet d’une véritable stratégie, comme pour sa conception. Vous devrez opérer des choix en fonction de vos objectifs : il est inutile de mettre en oeuvre toutes les pistes évoquées plus haut, en espérant qu’elles fonctionnent plus ou moins.

Étape 7 : suivi et mesure des performances

Il est essentiel d’assurer un suivi rigoureux des performances de votre blog. Ces données chiffrées vous donneront des indications précieuses sur les contenus qui fonctionnent, qui attirent des lecteurs ou les convertissent en prospects qualifiés, et ceux qui ne fonctionnent pas. Vous pourrez aussi faire les réglages nécessaires si vous sentez que vos efforts ne sont pas suffisamment orientés vers les objectifs à atteindre.

Pour réaliser simplement un tableau de suivi des performances, contentez-vous de dupliquer votre calendrier éditorial. Supprimez les colonnes inutiles pour le suivi (mots et expressions clés, titre provisoire, sujet), et ajoutez une colonne pour chaque indicateur clé de performance —en précisant à quel moment vous relèverez ce chiffre, par exemple : nombre de visiteurs uniques, une semaine après publication.

Bonnes pratiques du blogging professionnel

Quelques principes de base pour conclure ce guide de la création de blog professionnel :

  • Un blog, personnel ou professionnel, est d’abord un espace d’échange et de conversation. Permettez aux internautes d’écrire des commentaires, et pensez à les modérer.
  • Évitez tout discours commercial dans vos billets de blog. Interdisez-le vous, même si la tentation est parfois grande. Par contre, n’hésitez pas à faire des « ponts » jusqu’aux pages commerciales de votre site web, avec des liens ou des appels à l’action en fin d’article.
  • Soyez honnête avec les internautes et fournissez-leur des informations fiables.
  • Comportez-vous comme un ergonome : facilitez l’expérience de l’utilisateur avec des rubriques claires, des titres informatifs, une navigation agréable.

Enfin, vous pouvez lire cette étude de cas sur le blog professionnel d’OVH, véritable modèle en la matière.

Et si vous me disiez de quoi votre blog professionnel va parler ? Je suis curieuse, et j’aurai peut-être une idée à vous suggérer.